Balade dans les pâtisseries parisiennes


J’aime Paris et sa concentration de pépites gustatives…

 

 

J’étais sur Paris pendant trois jours fin août, pour flâner, visiter, apprécier le soleil et aussi… Manger. En fait, à la base ce n’était pas le but de la visite mais nous avons réussi à intégrer dans notre programme de balades/visites, quelques pâtisseries connues.

 

 

Nous avons commencé par La Pâtisserie des Rêves de Philippe Conticini, qui se trouve rue du Bac.

 

wp_20160824_16_42_56_pro

 

Elle faisait partie de celles que je voulais le plus voir, et je n’ai pas été déçue du tout !
La boutique est plutôt petite, j’ai été surprise : je m’attendais de la part d’un chef de cette envergure, à une gigantesque pâtisserie avec pignon sur rue !
Petite mais pas moins originale, puisque ses gâteaux sont présentés sous cloches sur un module central, permettant de faire facilement le tour pour décider à quelle pâtisserie vous allez succomber…

 

wp_20160824_16_44_03_pro

 

Les prix sont élevés, et il faut se préparer à débourser environ de 5 à 7€ pour une tartelette. Mais enfin, vous n’êtes pas chez n’importe qui !

 

wp_20160824_16_52_21_pro wp_20160824_16_52_25_pro

 

J’ai particulièrement aimé la façon qu’ils ont d’emballer les pâtisseries une fois achetées : elles sont placées dans une boîte en carton assez classique, mais dans laquelle se trouve un double fond leur permettant de placer des pics autour du dessert afin de le maintenir pendant le transport. Super ingénieux car elles ne bougent pas d’un poil !

 

wp_20160824_17_01_36_pro

 

Il n’y a pas de salon de thé permettant de s’installer pour la dégustation, mais nous sommes tombés sur un joli petit parc un peu plus haut dans la rue. Nous nous sommes assis sur un banc et avons donc savouré nos tartelettes.
J’avais jeté mon dévolu sur une tartelette à la framboise. Fond de pâte sablée, une toute petite couche de crème pâtissière qui n’allait même pas jusqu’aux bords et de belles framboises bien fraîches. Je peux vous dire que je l’ai savourée comme j’ai rarement savouré une pâtisserie. La toute petite quantité de crème pâtissière adoucissait l’acidité des framboises sans rendre la tartelette écœurante. Je me suis léché les babines jusqu’à la dernière miette !

 

wp_20160824_17_04_58_pro

 

Monsieur avait quant à lui craqué pour une tartelette au citron meringué. Fond de pâte sablé, crème au citron et meringue italienne originalement déposée et brûlée au chalumeau. J’ai eu droit à une bouchée… La crème était onctueuse et la meringue sucrée contrebalançait avec l’acidité du citron. Encore une fois, un parfait équilibre.

 

wp_20160824_17_02_59_pro

 

En résumé, j’ai trouvé que les prix étaient relativement élevés, mais les pâtisseries en valent la peine ! Une belle découverte !

 

wp_20160824_17_14_05_pro

 

 

Dans notre programme je voulais aussi déguster quelques uns des fameux macarons Ladurée.

 

wp_20160825_14_49_36_pro

 

Nous avons donc profité de notre balade sur les Champs-Elysées pour visiter leur boutique. Il n’y a pas à dire, elle a du style ! Luxueuse, travaillée, ornementée dans un style alliant le marbre et la ferronnerie…

 

wp_20160825_14_49_20_pro

 

Les prix sont plus qu’élevés. Et soyons clairs, vous payez le nom et le renom… Si vous souhaitez une jolie boîte, il vous faut prendre minimum 6 macarons et payer un petit plus pour l’emballage… A 2.60€ le macaron, j’avoue que même si j’en avais très envie, j’ai fais une croix sur la boîte souvenir car je n’avais pas vraiment envie de débourser 17€. Car soyons franc : les pâtisseries ce n’est pas vraiment un bon investissement…

 

wp_20160825_14_50_35_pro

 

Nous avons donc choisi avec soin nos parfums et sommes repartis avec nos petites gourmandises dans un sachet papier (comme chez le boulanger !).
J’ai choisi deux parfums, et monsieur deux autres : pas d’histoire, l’équité c’est important dans le couple.
J’ai craqué pour les parfums chocolats et pêche, et monsieur avait pris coco et citron.

 

2016-09-14-18-46-272016-09-14-18-44-53

 

Nous avons donc pris nos petits macarons, et marché jusqu’à l’Arc de Triomphe. Nous avons grimpé les marches et sommes arrivés au sommet et nous avons enfin dégustés nos douceurs en profitant de la vue.
Malgré une attention de tous les instants pour les garder en bon état, quand nous avons rouvert le sachet, ils étaient tous cassés… Dommage mais heureusement ça n’enlève rien au gout.
Et justement, le goût, parlons-en. Très franchement ? Je suis déçue.
On entend tellement parler des macarons Ladurée, ceux qui ont contribué à la réputation des macarons parisiens, et à notre gastronomie française…

 

wp_20160825_14_58_19_pro wp_20160825_14_58_25_pro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On en entend tellement parler que je crois que je m’attendais à un truc de dingue ! Eh ben non, c’était pas dingue. Ils sont bons hein, ne me faite pas écrire ce que je n’ai pas dis ! Mais… Pas ouf.
Je les ai trouvés mous… pas du tout croquants. Comme si la ganache avait trop imbibé les coques. Par contre question parfums, ils étaient bons : le chocolat était intense, la pêche bien parfumée, le citron bien acidulé, le coco apparemment savoureux.
En conclusion, j’ai trouvé les prix exorbitants pour des macarons « pas mal ». Une petite déception mais une grande joie d’avoir pu les goûter !

 

 

Sur notre chemin s’est trouvé une chocolaterie Pierre Hermé. Nous sommes rentrés, mais par 37° nous avons estimé préférable de ne pas manger de chocolats. Une autre fois ?!

 

wp_20160826_14_02_13_pro

 

 

Et enfin, nous avons visité la pâtisserie de Christophe Michalak.

 

wp_20160826_14_14_15_pro

 

Toute en simplicité, tout est bien rangé au carré. Les pâtisseries sont esthétiques, symétriques… Elles s’accordent parfaitement avec le reste de la boutique.

 

2016-09-14-18-43-15
J’ai trouvé les prix relativement élevés… Par exemple, pour deux Kalin (les célèbres nounours en guimauve enrobés de chocolat), il faut compter environ 8€.
Je dois être difficile, parce que la réputation de Michalak n’est plus à faire,mais… J’ai été très déçue… : Je n’ai pas du tout aimé les guimauves Kalin. Je ne l’explique pas d’ailleurs, mais je n’ai pas aimé le goût tout simplement.

 

2016-09-14-18-47-31

 

Monsieur avait choisi un Paris-Brest en pot individuel qu’il a quant à lui apprécié. D’ailleurs nous avons tout les deux aimé cette présentation originale : Chez Michalak vous pouvez trouver des grands classiques de la pâtisserie, revisités en pots individuels (type pots de confiture) avec cuillère fournie pour dégustation instantanée !

 

wp_20160826_14_43_51_pro wp_20160826_14_44_11_pro

 

Et voilà, ici s’est terminé notre périple parisien… Nos papilles s’en souviennent, et notre ligne aussi !
Il me reste encore beaucoup de pâtisseries à découvrir, et j’espère remettre ça très bientôt …

 

 

A très vite ! ♥

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *