Mon gâteau Rudolph le Rennes


IMG-0806

Le mieux, pour le meilleur…

 

 

Il y a une chose, pour laquelle je n’ai aucune mesure. Quelque chose, pour laquelle je serais capable de traverser le monde. Quelque chose, dont on ne mesure jamais assez la valeur. Quelque chose qui, les années passant et usant, ne me fait jamais défaut: ma Famille.
Je suis, malgré moi, assez expressive. La contrariété se lit sur mes lèvres pincées ; l’émotion se traduit par un œil larmoyant, voir même des sanglots ; la fébrilité se transforme en volubilité ; le stress me rend grognonne… Mais malgré tout, je suis peu expansive. J’aime profondément ma famille, mais je sais que je leur dis peu. Trop peu.
Je ne pourrais jamais assez les remercier pour ce qu’ils sont, ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font et ce que je sais qu’ils feront toujours. Ma famille est en or, et j’ai une chance inouï de les avoir auprès de moi.

Mais ce qu’il faut savoir sur ma famille en or, c’est qu’il n’y en a pas un qui aime les pâtisseries. Je peux oublier tous desserts à base de crèmes en tout genre, mousses, glaçages colorés, biscuits imbibés… Le dimanche, à la maison, c’est tarte aux fruits sans miguaine (Je suis lorraine et chez nous on dit « miguaine », mais ici, en Alsace, ils parlent de « flan »…Ils sont fous ces Alsaciens ! 😉 ) ou cake au yaourt.
Je ne comprends pas trop d’où me vient cette passion de la pâtisserie, d’ailleurs, mais toujours est-il que le gâteau préféré de mon Papa, c’est… le gâteau au yaourt ! Mais attention ! Pas d’extravagance !! Le gâteau au yaourt sous forme de cake, hein ! Oubliez les muffins, les moules à manquer, ou autres bizarreries : ils n’auraient pas la même saveur…

Et mon Papa, justement, vient tout juste d’avoir 60 ans. Pour fêter ça, nous lui avons organisé une fête surprise.
Alors pour cette occasion, le gâteau-au-yaourt-en-forme-de-cake-sans-glaçage-et-sans-fioriture était évidemment de rigueur.
Mais pour le buffet, il fallait quelque chose de plus croustillant. Entendez par-là, quelque chose au visuel et au goût, un peu plus élaboré.
Mais surtout, même si je savais qu’il n’en mangerait pas, je voulais quelque chose à la hauteur de mon Papa.

Parce que mon Papa est un homme merveilleux. Toujours disponible pour donner de bons conseils basés sur ses propres et multiples expériences, il est un sage déguisé en père de famille. Un peu naïf parfois, et aussi passionné. Drôle, blagueur, et affectueux. Franc, honnête, et diplomate. Généreux, attentionné, et avenant. C’est celui qui parfois, « s’en tamponne le coquillard ». Il aime les buis plantés n’importe où dans son jardin. Il aime les pâtes au concentré de tomate. Il aime les oiseaux qui font leurs nids dans son chalet. Il aime regarder la Nouvelle Star. Il aime capturer la beauté de l’instant avec sa caméra ou son appareil. Il aime mettre 5 sucres dans son bol de café. Il aime siffloter le chant des oiseaux pour se faire reconnaître de ses petits-enfants. Il aime sa famille et il aime la Vie.

Bref, soyons honnête, je savais que JAMAIS je ne pourrais faire un gâteau à sa hauteur. Mais je voulais au moins en faire un qui lui ressemble. Et les animaux c’est son dada. Surtout les animaux qu’il peut aller photographier inconito, en mode camouflage dans la forêt.
Alors je me suis rappelée ce gâteau rennes dont j’avais enregistré l’image dans l’album « idées pâtisseries » de mon téléphone.
J’ai proposé plusieurs idées de gâteau à mes sœurs mais j’avais une nette préférence pour ce Rudolph au nez rouge… Et finalement, il a remporté les suffrages !!

Place maintenant à l’élaboration…
Quelque chose de simple, qui ressemble aux goûts de Papa. Mais quelque chose qui ne soit pas étouffe-chrétiens, parce que sinon, j’en aurait tué plus d’un… Et comme j’étais en plein dans le Meilleur Pâtissier et que j’entendais Mercotte répéter « des fruits frais », « pensez aux fruits frais », « mettez des fruits frais »… Ben, j’ai voulu mettre des fruits frais et de saison.
Me voila donc partie sur une base moelleuse avec l’indétrônable Molly Cake, garni façon layer cake d’une julienne de fruits frais ananas/mangue légèrement cuits avec de la vanille et punché avec le sirop de cuisson.
Pour la déco, les yeux et le nez en Candy Melt, les bois et les oreilles en chocolat, et un lissage avec une crème au beurre à la meringue suisse, au chocolat.

 

Autant le gâteau en lui-même et relativement simple, autant le visuel nécessite quelques bases. Mais accrochez-vous et montez à bord, parce qu’on s’envole sur le dos de Rudolph, le rennes du Père-Noël !!

 

 


RECETTE


 

MATÉRIEL :
  • Saladier/cul de poule
  • Fouet/maryse
  • Tamis
  • Batteur à œufs
  • Robot pâtissier
  • Moule à gâteau rond
  • Casserole

 

Pour le Molly Cake : (à retrouver dans mon article Mon gâteau Licorne)

 

Il vous faudra réaliser TROIS Molly Cake.
Avec cette quantité, et un moule de 4.5cmx14cm vous ferez un Molly Cake que vous cuirez en deux fois pour en obtenir deux. Vous referez alors la pâte une deuxième fois pour cuire un troisième et un quatrième Molly. Il vous en faudra trois pour ce Drip Cake Rudolph, et le quatrième… Mangez-le !
La recette est donc prévue pour un moule de 7cmx20cm Adaptez donc vos quantités en fonction de la taille du votre.
Mettez votre saladier/cul de poule rempli de votre crème et vos fouets de batteur, au frigo au moins une heure avant cette étape ou au congélateur au moins 1/2 heure.

 

  • 3 œufs
  • 250 g de sucre
  • 250 g de farine
  • 250 g de crème liquide entière 30% MG
  • 6 g de levure chimique
  • Une cuillère à café d’extrait de vanille

 

Dans votre robot (Si vous n’en n’avez pas, à la force de vos bras, ou grâce à votre batteur), fouettez les œufs et le sucre pendant environ 10-15 minutes à vitesse moyenne, jusqu’à ce que l’appareil double de volume (Personnellement, avec mon batteur, mon appareil a doublé de volume en 5 minutes)
Préchauffez votre four à 160°C.
Tamisez la farine avec la levure. Versez ensuite en plusieurs fois dans le mélange précédent et mélangez bien.
Incorporez la vanille et mélangez.
Réalisez une crème fouettée avec votre crème liquide. Incorporez-la délicatement aux autres ingrédients à l’aide d’une maryse.
Versez votre pâte dans un moule graissé.
Faites cuire 60 minutes.
Une fois la cuisson terminée, laissez votre gâteau refroidir une dizaine de minutes avant de le démouler sur une grille.

Pour avoir un gâteau bien plat, posez le dessus du gâteau, qui est la partie la plus bombée, sur la grille, de telle sorte à ce qu’il devienne le dessous. Ainsi il s’aplatira en refroidissant.

 

Rendez-vous au montage pour la suite !

 

Pour la julienne de fruits ananas/mangue :

 

  • Un ananas
  • Une mangue
  • Une gousse de vanille

 

Épluchez et découpez vos fruits en julienne. (Ne faites pas de trop petits morceaux, ils risqueraient de finir en compote, mais faites attention à ne pas les laisser trop gros, auquel cas leur cuisson en serait plus longue et le gâteau moins agréable à manger).
Placez vos morceaux de fruits dans une grande casserole, avec votre gousse de vanille fendue en deux. Faites chauffer à couvert, à feux doux et en remuant régulièrement. (N’ajoutez pas d’eau, les fruits vont en rendre).
Laissez cuire jusqu’à ce que la consistance des fruits vous convienne. (J’ai, personnellement, choisi de les garder légèrement croquants mais fondants).
Tamisez les fruits pour en récupérer tout le jus. Réservez d’un côté les fruits, et de l’autre le jus obtenu.

 

Rendez-vous au montage pour la suite.

 

 

La crème au beurre à la meringue suisse, au chocolat (CBMS pour les intimes) :

 

Sortez votre beurre du frigo plusieurs heures avant cette étape, afin qu’il devienne pommade.

Avec ces quantités ce sera tout pile, rien de trop. Si vous n’êtes pas un expert en lissage de gâteau je vous conseille d’augmenter les quantités pour ne pas vous retrouver le bec dans l’eau…

 

  • 4 blancs d’œufs
  • 250g de sucre
  • 250g de beurre très pommade.
  • Cacao en poudre non sucré

 

Placez vos blancs d’œufs et le sucre dans un récipient résistant à la chaleur. Placez ce bol au-dessus d’une casserole contenant de l’eau, et faites chauffer ce mélange au bain-marie, SANS JAMAIS CESSER de fouetter avec votre batteur à œufs, jusqu’à ce qu’il atteigne 50°. (Faites bien attention! Si vous ne fouettez pas en continue, vous allez cuire vos blancs !!).
Une fois que ce mélange a atteint la bonne température, placez-le dans la cuve de votre robot pâtissier et battez jusqu’à ce que le mélange refroidisse.
Une fois refroidit, la meringue obtenue doit être très ferme et brillante.
A présent, ralentissez légèrement la vitesse de votre robot et incorporez petit à petit le beurre pommade.
(Votre meringue va se liquéfier, mais pas de panique, une fois le beurre complètement incorporé, augmentez de nouveau la vitesse de fouettage et elle va se re-solidier. Il est possible, aussi, qu’elle tranche et semble donc granuleuse. Même procédé: continuez de fouetter, c’est normal !).
Une fois la crème au beurre prête, c’est à dire ferme et lisse, incorporez la poudre de cacao dans les quantités souhaitée, afin d’obtenir une crème marron claire.
Prélevez une partie de cette crème au beurre légèrement aromatisée au chocolat, et incorporez encore plus de cacao: cette CBMS très chocolatée servira à faire les bouclettes de Rudolph !

Filmez au contact les deux CBMS et réservez.

 

Rendez-vous au montage pour la suite !

 

 


MONTAGE


 

IMG-0916

 

 

MATÉRIEL/INGRÉDIENTS :
  • Plat de présentation
  • Plateau tournant (facultatif mais très utile)
  • Spatules
  • Poche à douille et douilles
  • Double décimètre (facultatif mais très utile)
  • Moule à pop-cake
  • Moule demie sphères très petit
  • Candy Melt rouge
  • Candy Melt blanc
  • Candy Melt noir
  • « Truc » pour fluidifier les pistoles de Candy melt ICI
  • Chocolat de couverture noir
  • Feuille guitare
  • Gabarit en papier d’un bois et d’une oreille
  • Un couteau précis, ou si possible, un scalpel
  • De la poudre dorée ou de la peinture alimentaire dorée
  • Un pinceau fin

 

Choisissez un support de présentation pour votre gâteau. Placez une noix de CBMS pour « coller » votre gâteau au support.
Posez votre premier Molly Cake (coupez leur la tête si nécessaire, afin qu’ils soient bien plats. Et comme rien ne se perds, manger-les ! ).

Pour la julienne de fruits frais: Placez votre CBMS la plus claire, dans une poche à douille munie d’une douille lisse (ou juste une poche dont vous couperez le bout) et sur les bords externes du gâteau, faites un cercle. Ce cercle servira de remparts à la julienne de fruits frais.
Une fois votre boudin de CBMS formé, placez au centre une dose généreuse de fruits frais. Refermez en posant le second Molly et recommencez avant de fermer avec le troisième.

Pour la CBMS claire: A présent, recouvrez votre gâteau avec votre CBMS la plus claire. (Si elle est trop figée, fouettez-la, mais l’idéale étant de l’utilisez juste après l’avoir préparé).
Personnellement, je commence par « combler » les interstices entre les couches de gâteaux. Ensuite j’applique grossièrement de la CBMS pour qu’il y en ai partout sur le gâteau. Je lisse avec un double décimètre pour un fini parfait 😉 .

Pour la CBMS foncée: Placez votre CBMS foncée dans une poche à douille avec la douille décorative de votre choix. (Ici, j’ai choisi une de mes favorites: la 1M de Wilton).
Faites de jolies boucles à Rudolph sur le dessus de sa tête.

Pour le nez: Faites chauffer les Candy Melt rouge avec un peu de « truc » pour fluidifier les pistoles.
Utilisez un pinceau pour en appliquer sur toute la surface du moule à cake pops. Il vous faudra faire plusieurs couches afin d’avoir une coque assez épaisse qui ne risque pas de se casser au démoulage. Lissez avec une spatule pour que les bords soient parfaits au démoulage.
Une fois secs, démoulez.
Enfin, enfoncez légèrement et délicatement la demie-sphère rouge sur une face du gateau, de sorte qu’elle tienne et soit collée.

Pour les yeux: Faites chauffer les Candy Melt noir avec un peu de « truc » pour fluidifier les pistoles. Au cœur de l’empreinte de votre moule demie-sphère très petit, appliquez un point de candy melt noir afin de créer la pupilles.
Faites chauffer votre Candy Melt blanc avec un peu de « truc » pour fluidifier les pistoles. Remplissez la petite cavité et lissez bien avec une spatule pour que les bords soient propres au démoulage.
(Réalisez ces étapes deux fois, pour avoir deux yeux, sauf si vous souhaitez faire un Rudolph cyclope…).
Une fois sec, démoulez.
Enfin, enfoncez légèrement et délicatement chaque demie-sphère blanche, juste au dessus du nez rouge, de sorte qu’elles tiennent et soient collées.

Pour les bois en chocolat: Préparez des gabarit en papier pour un bois et une oreille, de la taille que vous souhaitez.
Tempérez votre chocolat noir (Un jour, je ferais un article sur le tempérage du chocolat. Mais pour le moment, je ne gère pas assez bien le sujet, et mes tests sont encore trop inconstants dans leurs réussites… En attendant, Mercotte en cause très bien ici ! ) et lissez-le sur une feuille guitare. Une fois que le chocolat commence à cristalliser, mais avant qu’il ne soit complétement figé, posez votre gabarit et découpez au scalpel, délicatement, tout autour. (Réalisez cette étape deux fois pour le bois et deux fois pour les oreilles).
Une fois le chocolat complétement figé, décollez les pièces très délicatement.
Sur les oreilles, appliquez un peu de poudre d’or ou de peinture alimentaire dorée pour faire le relief intérieur.
Enfin, enfoncez les bois et les oreilles dans le gâteau, passant au travers des bouclettes.

 

Pour finir, décorez comme vous voulez! Ajoutez des paillettes, des flocons en sucre, de la poudre d’or… Faites-vous plaisir !

 

 

Bonne chance et à très vite ! ♥

 

 

PS : Merci Elodie, merci Doudou, pour les photos !!


A propos Agathe

La pâtisserie c’est mon quotidien, c’est mes jours et mes nuits, mes rêves et mes déceptions. Faisons simple, la pâtisserie c’est ma passion: c’est celle qui m’empêche de m’endormir le soir quand je cogite sur mes nombreux futurs projets, celle qui occupe mon temps libre, celle qui me fait rager quand je n’arrive pas au résultat espéré, celle qui me fait sourire quand j’arrive enfin à faire quelque chose sur lequel je m’acharne depuis longtemps… Celle qui m’anime depuis 8 ans maintenant. Je m’appelle Agathe, j’ai 26 ans, toutes mes dents, et l’envie de partager avec vous cette passion, sans prétention.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *